La France exporte ses montagnes

JPEG La France possède le plus grand domaine skiable du monde. Elle accueille chaque année des visiteurs du monde entier, ravis de bénéficier d’infrastructures de qualités, autant pour la pratique des sports d’hiver que pour les activités estivales. Si leur satisfaction contribue au rayonnement international des montagnes françaises, France Neige International, un organisme associant des partenaires du secteur public et privé, contribue toute l’année à l’exportation d’un savoir-faire désormais reconnu.

Développer des stations de sports d’hiver en Bulgarie, au Liban ou au Japon, apporter son expertise en Russie, au Kirghiztan, en Chine, en Corée, en Turquie, mais aussi en Argentine, au Canada, aux Etats-Unis ou encore en Norvège… telle est la mission de France Neige International. Créée en 1984, cette organisme né d’un partenariat entre le secteur public et les professionnels de la montagne, représente le savoir-faire français hors de nos frontières.

France Neige International est un interlocuteur de choix pour tous ceux qui souhaitent développer une activité sportive ou touristique en montagne. Son président, Xavier Dulin, envoie ses experts aux quatre coins de la planète afin d’étudier les sites potentiels. Le coût de leurs prestations est très modeste puisque France Neige demande simplement la prise en charge des frais de déplacement et d’hébergement. Une fois sur place, ils étudient précisément la topographie du site, évaluent les risques naturels d’érosion ou d’avalanche et proposent un plan d’implantation des remontées mécaniques. Ils font également valoir la qualité des prestations des professionnels français, spécialistes de la conduite et de la réalisation de ce type de projets. Au total, chaque année, une trentaine de missions sont organisées à travers le monde.

Si Sotchi, dans la région russe de Krasnaya Polyana, au bord de la mer Noire, accueille en 2014 les prochains Jeux Olympiques d’hiver, c’est aussi probablement grâce à un bureau d’études situé en Savoie, qui a expertisé le site pour la première fois en 1998. A l’occasion d’une mission de France Neige, un rapport suggérant les implantations de remontées mécaniques et une étude géographique des pistes avait en effet été remis aux autorités russes !
Véritable référence dans le domaine de l’« or » blanc, France Neige peut également intervenir sur des projets touristiques estivaux, de plus en plus nombreux, quels que soient les continents. « Les demandes liées aux sports d’hiver représentent 60% de nos activités, précise Jean-Philippe Monfort, responsable des projets de l’organisation, mais nous travaillons désormais sur un aménagement des infrastructures à l’année. En Corée par exemple, il y a un fort développement du tourisme montagnard estival auquel nous avons participé. Nous proposons également notre savoir-faire en matière de tourisme vert, respectueux de la montagne et de l’activité socio-économique traditionnelle. Nous pouvons ainsi apporter des idées permettant notamment d’éviter certaines erreurs commises parfois dans les vallées des Alpes ». France Neige International invite également des délégations d’experts internationaux pour leur présenter la qualité des équipements français, les offres en matière de formations aux métiers de la montagne, ainsi que la législation française sur la préservation de l’environnement et la sécurité du public. A ce jour, plus de 2.500 décideurs du monde entier ont fait appel à ces services.

Mais France Neige International n’est pas le seul acteur français dans le domaine des sports d’hiver. Aujourd’hui, le Cluster Rhône-Alpes des industries de la montagne, groupement d’entreprises et d’organismes du monde associatif, fédère l’ensemble des professionnels impliqués dans l’économie de la montagne. Ce réseau permet d’avoir une vue d’ensemble des différentes opérations et de mutualiser, le cas échéant, les moyens mis en oeuvre.

Les grandes stations de sports d’hiver, comme Courchevel, Méribel ou La Plagne, ne sont pas en reste et bénéficient des efforts de promotion de leurs propres structures. Fortes de leur expérience plus que cinquantenaire, elles ont les moyens de leur ambition exportatrice. La Plagne a par exemple travaillé sur le massif de Longmen, en Chine, et Courchevel a créé des pistes de ski au Liban. Les contacts s’établissent tout naturellement puisque les décideurs étrangers sont souvent des amateurs de glisse qui connaissent bien les domaines skiables français. Ainsi, Sergueï Bubka, le célèbre perchiste, entreprend actuellement des démarches auprès de la Société des Trois Vallées pour créer une station en Ukraine…

Anne-Laure Bell

Dernière modification : 29/03/2010

Haut de page