Café des Sciences, 4 février, Jean-Louis Etienne

Jean-Louis Etienne est médecin de formation, diplômé en biologie et médecine du sport, et explorateur par passion. En 1986, il est le premier homme à atteindre le pôle Nord en solitaire, tirant lui-même son traîneau pendant 63 jours. Au printemps 1987, il amène un groupe d’enfants au pôle Nord magnétique, dans les îles du Nord Canada. Entre juillet 1989 et mars 1990, il est co-leader avec l’Américain Will Steger de l’expédition internationale Transantarctica et réussit en traîneaux à chiens la plus longue traversée de l’Antarctique jamais réalisée : 6300 km.
Infatigable défenseur de la planète, Jean-Louis ETIENNE a mené entre 1990 et 1996 plusieurs expéditions à vocation pédagogique pour faire connaître les régions polaires et comprendre le rôle qu’elles jouent sur la vie et le climat de la terre. À bord du voilier polaire Antarctica, il part en 1991-1992 pour la Patagonie, la Géorgie du Sud et la péninsule Antarctique. En 1993-1994, c’est l’expédition au volcan Érébus, en 1995-1996, l’hivernage au Spitzberg.
Au printemps 2002, il a réalisé la Mission Banquise, une dérive de trois mois sur la banquise du pôle Nord, à bord du Polar Observer pour un programme de recherche et d’informations sur le réchauffement climatique.
De décembre 2004 à avril 2005, il a dirigé une équipe de chercheurs du Muséum, de l’IRD et du CNRS, sur l’atoll français de Clipperton dans le Pacifique, afin de réaliser un inventaire de la biodiversité et un état de l’environnement marin.
En avril 2010, il était le premier à traverser l’océan arctique en ballon, approchant le pôle Nord à moins de 200 km.

La soirée organisée autour de ce grand explorateur a débuté par la projection de « l’Homme du Pôle » : un reportage de 25 minutes sur ses expéditions et les actions qu’il a menées dans ces régions du globe particulièrement inhospitalières. Devant une audience de près de 200 personnes, Jean-Louis Etienne a ensuite commenté ce documentaire et détaillé les étapes de ces projets, leurs origines et les défis qu’ils ont présentés. Il a notamment expliqué comment, pendant un an, il s’était entraîné quotidiennement au pilotage d’un ballon afin de rendre possible sa traversée du Pôle Nord en solitaire alors qu’il n’avait aucune connaissance préalable dans ce domaine. Les défis logistiques et humains de cette entreprise ont été pour lui l’occasion de découvrir et de repousser ses limites. Il a également commenté sa première expédition en solitaire au Pôle Nord, en 1986, en traîneau sur une durée de 63 jours. Avec des mots simples, justes et une bonne dose d’humour, il a décrit ses expériences, son détachement du monde (pas de GPS ni de téléphone portable à cette époque) et ses instants de doute, surpassés à force de volonté.

Jean-Louis Etienne est également revenu sur son parcours, citant les nombreuses anecdotes qui ont ponctué et rythmé sa vie. De sa première expédition au fond du jardin à 8 ans, passée en solitaire sous la tente, à un parcours scolaire qui l’a éloigné de sa vocation de menuisier pour finalement l’orienter vers la médecine. Il a exercé un temps dans le domaine médical avant que sa passion naturelle pour les voyages le pousse à s’engager en tant que médecin dans de nombreuses expéditions autour du globe. Jean-Louis Etienne a par la suite expliqué comment il a su détecter et saisir certaines opportunités, telles que sa rencontre avec Eric Tabarly, pour toujours aller de l’avant et évoluer petit à petit vers son objectif actuel : à savoir mêler voyages, études scientifiques et transmission de sa passion et de ses découvertes au public. Il a insisté sur l’importance d’etre persévérant, sur la nécessité de s’organiser et de se créer les outils nécessaires à la poursuite de ses idéaux, en prenant pour exemple la chance qu’avaient les jeunes (et moins jeunes) membres de l’auditoire d’évoluer dans une double culture et de maîtriser deux langues. En conclusion, il a répété l’importance qu’avait pour lui le fait de poursuivre tout au long d’un parcours, parfois anarchique, ses rêves et ses envies d’enfant.

La séance de questions qui a suivi a été très dynamique. Au fil de ses réponses aux très nombreuses questions, Jean-Louis Etienne a apporté des éléments sur de nombreuses facettes de ses expériences : des effets du réchauffement climatique sur les pôles et leur faune aux problèmes liés à l’utilisation d’un magnétophone par -50°C, en passant par les hallucinations visuelles et auditives qu’il a subies durant ses longues périodes de voyage en solitaire. Cet échange très riche avec le public s’est achevé par la présentation du prochain projet de Jean-Louis Etienne, sur laquelle il travaille actuellement en partenariat avec la Scripps Institution of Oceanography à San Diego (Californie). Prévue pour 2013/2014, cette nouvelle aventure emportera 5 personnes dans un tour de l’Antarctique d’un an et demi, à bord d’un curieux navire, une plateforme dérivante portée par les courants marins.

Merci à Elsa Peny-Etienne pour les éléments biographiques cités dans ce compte-rendu. Merci a Jean-Louis Etienne pour nous avoir permis de partager sa passion et de vivre cette soirée magnifique. Pour plus d’information sur Jean-Louis Etienne, ses expéditions et ses actions, visiter son site internet : http://www.jeanlouisetienne.com/

Dernière modification : 09/07/2015

Haut de page