Remise de décoration MM. Pierre Leloup et Dominique Petauton - Discours du Consul général

JPEG

Discours prononcé par Axel Cruau, Consul général de France à Los Angeles

Remise de décoration
MM. Pierre Leloup et Dominique Petauton

Chère Madame la présidente, chère Clara Lisa,
Cher Pierre Leloup,
Cher Dominique Petauton,
Chers amis,
Mesdames et Messieurs,

Merci infiniment, chère Clara Lisa, de nous accueillir chez vous pour décorer et ainsi remercier, deux personnalités de la grande famille du Lycée Français, et de la communauté française à Los Angeles, Messieurs Pierre Leloup et Dominique Petauton. C’est une immense joie pour moi aujourd’hui de pouvoir vous faire Chevalier dans l’Ordre National des Arts et Lettres et dans celui des Palmes Académiques.

Cher Pierre Leloup,

Musicien, acteur, professeur, metteur en scène, directeur... vos talents sont tellement nombreux que je ne sais pas très bien par où débuter.

Vous êtes né à Drancy en Seine-Saint-Denis en 1958. Votre père était militaire de carrière, et votre enfance s’est déroulée d’Aulnay-sous-Bois à Oran, Nîmes, Salon de Provence, Calais. Vous avez ensuite débuté des études de droit à Lille mais votre passion c’était la musique, le jazz, et qu’elle ne tarda pas à vous rattraper. Diplômé du conservatoire de Calais vous débarquez à Paris pour suivre les cours de l’American School of Modern Music. Le choix d’une école américaine était-il fortuit ou prémonitoire ?

Pour l’heure, à la toute fin des années 70 à Paris, vous êtes déjà animé par cette incroyable énergie qui vous caractérise et vous décidez déjà de la mettre au service des échanges entre cultures. Selon votre épouse, vous aviez la « manie » d’organiser des concerts sans arrêt. Vous créez l’association « le pi des pi », dont il faudra nous expliquer tout à l’heure la signification, mais dont je comprends que l’objectif était de favoriser les échanges entre des groupes de jazz français et anglais.

Vous participez ainsi à l’organisation de nombreux concerts et vous travaillez par exemple avec Didier Lockwood qui lui aussi a fréquenté le conservatoire de Calais et avec lequel vous retravaillerez quelques années plus tard.

Guitariste émérite, vous appartenez à plusieurs groupes de jazz et de rock. Vous enregistrez un album au studio Katy près de Waterloo en Belgique, là où Marvin Gaye enregistra son dernier album.

Alors que vous étiez déjà loin de vous ennuyer, votre goût pour la musique américaine, associé à votre insatiable désir d’apprendre, vous conduiront à Los Angeles pour suivre les cours du Musicians Institute à Hollywood. Vous débarquez en Californie avec votre épouse Catherine et vos enfants Hélène 10 ans et Paul Antoine 18 mois. Vous inscrivez Hélène au Lycée français, vous rencontrez la famille Kabbaz et votre vie prend un nouveau tour.

C’est ainsi en tant que parent d’élève que vous rencontrez pour la première fois monsieur Raymond Kabbaz, fondateur du Lycée. Vous lui confiez votre souhait de rester à Los Angeles, il est à la recherche d’un professeur de musique. L’affaire est conclue, vous ne partirez plus !

Professeur de musique depuis 25 ans, responsable de la chorale vous vous passionnez aussi pour le théâtre et participez activement au Drama Club des professeurs du Lycée fondé par Raymond Kabbaz lui même.

Si nous savons tous que le fondateur du Lycée français était un visionnaire, défenseur acharné de la culture française et francophone, son goût pour l’art dramatique est peut-être moins connu. Cette passion, vous l’avez partagée.

En 1992, vous montez ensemble la première pièce jouée par les professeurs du Lycée. C’est la Cantatrice Chauve d’Ionesco dans une salle à Hollywood. La pièce est plébiscitée par le public.

En 1997, Raymond Kabbaz se lance dans l’aventure de la création du théâtre, vous l’accompagnez et en 2000, c’est l’inauguration avec la Belle Helène d’Offenbach. Peu avant de disparaitre, il vous nomme directeur. Il savait que vous n’auriez de cesse d’oeuvrer pour en faire un lieu d’exception.

13 ans plus tard, j’ai envie de dire, « Mission accomplie ». Le petit théâtre du Lycée français est aujourd’hui le TRK, structure incontournable de diffusion des cultures françaises et franchophones dans le sud de la Californie.

Sous votre direction, le Théâtre Raymond Kabbaz va toujours plus loin dans sa programmation. Si vous restez attaché au théâtre dit classique, vous avez ouvert la scène du TRK à la musique, à la danse, aux spectacles humoristiques, mais aussi au cinéma, à l’animation, à la publicité... vous n’en finissez plus de défricher les domaines artistiques accueillis par le théâtre.

Vous savez associer avec brio une programmation actuelle et des performances plus classiques. De la danse contemporaine aux récitals classiques, du hip hop à la musique rock, vous avez également fait du TRK le passage obligé pour les artistes français de renom souhaitant se produire à Los Angeles. Les exemples sont nombreux et je n’en citerai que quelques uns : Francis Cabrel, Raymond Devos, Patrick Timsit, Charlotte de Turckheim, Michel Jonasz. J’ai eu le bonheur juste après avoir pris mes fonctions de venir le voir sur votre scène. C’était un moment très émouvant qui n’a laissé personne indifférent et pour cela, cher Pierre Leloup, je tiens à vous remercier personnellement.

Votre action à la tête du Théâtre est indissociable de l’accroissement de sa renommée. Vous travaillez de jour comme de nuit, et je sais de source sûre qu’il vous arrive parfois d’en oublier de dormir..., et en dépit d’une équipe extrêmement restreinte, en 10 ans vous avez multiplié par 10 le nombre d’évènements programmés, plus de 40 par saison aujourd’hui.

Mais si la direction d’un théâtre comme le TRK est déjà un travail à temps complet, vous n’en avez pas pour autant abandonné vos autres fonctions au Lycée français : professeur de musique, d’art dramatique, vous gérez également la troupe des professeurs du Lycée, vous vous occupez du groupe de Rock des élèves de Lycée et vous avez dirigé durant 23 ans et jusqu’à il y a peu la chorale et l’avez menée jusqu’aux plus hautes marches de compétitions interlycées. Vous trouvez également le temps de mener des collaborations artistiques avec de grands artistes tels que Nathalie Cole qui fait appel à vous pour son album Unforgettable, album qui, en toute modestie, gagna le grammy du meilleur album en 1992.

Cher Pierre Leloup, vous êtes passionné, infatigable, ne vous arrêtez jamais vraiment. Heureusement, vous pouvez compter sur le soutien de la grande famille du lycée, et surtout de votre famille, en particulier de votre épouse Catherine, qui vous accompagne dans vos projets artistiques.

Pour tout ce que vous apportez à la culture française aux Etats-Unis, il n’est que justice que vous soyez aujourd’hui nommé dans l’ordre des arts et des lettres.

Pierre Leloup,

Au nom de la Ministre de la Culture et de la Communication de la République française et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, nous vous faisons chevalier dans l’ordre national des Arts et Lettres.

Je voudrais maintenant rendre hommage à un autre membre éminent du Lycée, M. Dominique Petauton.

Vous êtes né au cœur de la France, en Auvergne, à Montluçon dans l’Allier, mais déjà citoyen du monde devrais-je ajouter, car votre mère est sicilienne, votre père militaire de carrière et que durant votre enfance, votre famille a habité en France, en Allemagne ou au Gabon que vos 2 frères et votre sœur sont tous nés dans des villes différentes.

Vous commencez vos études à l’Ecole des pupilles de l’air de Grenoble et l’on me rapporte que l’on se souvient de vous comme un élève doué mais qui, me dit-on, pouvait avoir du mal à respecter l’autorité de certains professeurs…

C’est durant vos années de lycée que vous découvrez la philosophie et la littérature dont vous alliez faire votre vie. Et c’est aussi certainement à ce moment que naît votre vocation d’éducateur. Au contact de vos professeurs de philosophie et de français, vous apprenez ce qu’est un maître, ce qu’il peut apporter à des élèves et comment il peut véritablement changer une vie. Je voudrais, à distance, saluer ces deux professeurs car ils sont certainement pour beaucoup dans l’heureux événement qui nous réunit ce soir.

Passionné de littérature, c’est naturellement que vous faîtes votre hypokhâgne et votre khâgne, au lycée Champollion à Grenoble. Puis ce sera une maîtrise de philosophie et un DESS de gestion des ressources humaines deux ans plus tard à l’Université de Grenoble.

Vous commencez votre carrière dans les ressources humaines, et vous intégrez l’entreprise informatique BULL. Néanmoins, cette première expérience ne répond pas tout à fait à vos attentes et vous découvrez que la gestion des plans de restructuration et la mise en place de plans sociaux ne sont pas vraiment l’idée que vous vous faîtes d’une gestion « humaine ».

Vous décidez donc d’enseigner la philosophie à l’étranger. Partir est pour vous comme une évidence. Vous postulez pour un poste d’enseignant dans les établissements français dans le monde entier. Vos goûts vous porteraient plus vers l’Afrique mais c’est le Lycée Français de Los Angeles qui répond.

Arrivé au Lycée, en 1996, tout le monde se souvient de vous comme d’un jeune professeur doué et sérieux. Comme beaucoup de Français, vous vous êtes peut-être dit que ce serait une expérience d’une année ou deux. Et vous avez découvert une ville passionnante, bouillonnante, qui devient rapidement votre ville et une équipe qui est plus qu’une équipe, une famille. C’est là aussi que vous rencontrez votre épouse, Céline, et que vous avez deux enfants, Louis en 2000 et Léo en 2007.

Cher Dominique, vous êtes un professeur engagé et un éducateur. Vous inspirez les élèves comme vos professeurs ont su vous inspirer. Vous leur donnez énormément et d’après certains, vos corrections sur les devoirs sont même souvent plus longues que la copie !

Vous ne comptez pas vos heures aussi bien en tant que professeur qu’en tant que parent d’élève. Lorsque M. Anselme, que je n’ai pas connu mais à qui je veux aussi rendre hommage aujourd’hui, a dû quitter son poste de proviseur, vous n’avez pas hésité à prendre sur vous cette charge de travail. Depuis les quelques années que vous occupez ce poste, vous avez tenu à conserver une charge d’enseignant, démonstration de votre passion d’éducateur.

Votre motivation a permis au Lycée de se développer ces dernières années et vous avez réussi à créer une ambiance de travail studieuse et agréable pour les élèves et de donner vie au magnifique nouveau bâtiment du Lycée.

Vous faites beaucoup chaque année pour l’examen du baccalauréat, en participant notamment à la rédaction du sujet de philosophie. Vous êtes aussi un des piliers et un des plus fervents soutiens du bac franco-américain, le FAB. Ce nouvel examen, symbole de l’excellence académique française et de sa reconnaissance aux Etats-Unis, a pu être mis en place notamment grâce a votre motivation. Vous le soutenez de manière constante, n’hésitant pas à remplacer vos collègues du Lycée Français de New York pour des présentations ou des réunions académiques.

Votre dévouement, votre enthousiasme et vos compétences exceptionnelles font de cette nomination dans l’ordre des Palmes Académiques un honneur amplement mérité. L’enseignement français aux Etats-Unis vous doit beaucoup et la France est heureuse aujourd’hui de vous en remercier.

Dominique Petauton,

Au nom du Ministre de l’Education Nationale de la République française et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, nous vous faisons chevalier dans l’ordre national des Palmes académiques.

Dernière modification : 31/05/2013

Haut de page