Café des Sciences, 20 Janvier, Guillaume Blanquart

Café des Sciences du 20 Janvier 2010
Intervenant : Guillaume Blanquart, Ph.D.
Titre : Anciens et nouveaux concepts, les challenges de la combustion
Thématique : les interactions entre combustion et écoulements turbulents

La première édition du Café des Sciences a eu lieu le mercredi 20 janvier 2010 au Consulat Général de France à Los Angeles. Guillaume Blanquart, ingénieur diplômé de l’Ecole Polytechnique en Mathématiques Appliquées en 2002, a obtenu un Master en Aéronautique et Astronautique en 2004 puis son Ph.D en Ingénierie Mécanique en 2008 à l’Université de Stanford. Il a ensuite effectué un stage post-doctoral à Stanford avant de rejoindre le California Institute of Technology en Septembre 2009, en tant que Professeur Assistant en Ingénierie Mécanique.

Guillaume Blanquart a présenté une partie de ses travaux de recherche ainsi que les perspectives et applications qui en découlent devant une audience d’une douzaine de personnes. La combustion dans les moteurs à essence, la dynamique des incendies ou la protection thermique en astronautique sont certains des exemples de problématiques de combustion cités pour introduire le sujet et attirer l’attention du public sur les larges échelles temporelles et spatiales occupées par ces phénomènes. Faisant intervenir des problématiques de chimie, de physique des fluides, de mécanique et de thermique, l’étude des phénomènes de combustion est un domaine d’étude pluridisciplinaire.

Le Pr. Blanquart a par la suite présenté deux modèles de moteur. Le premier est celui utilisé dans les moteurs de voiture, utilisant des carburants fossiles et de l’oxygène pour produire l’énergie nécessaire. Ce modèle est robuste et stable mais la combustion incomplète de ces carburants est à l’origine de la production de particules polluantes riches en carbone : les suies. Par le biais de modélisations informatiques, il est possible d’étudier les influences croisées de la qualité du mélange, fonction des écoulements dans le domaine, et de la combustion et de chercher ainsi à comprendre et optimiser le fonctionnement de ce système complexe.

Le second modèle présenté est celui du moteur à hydrogène, qui présente l’avantage de ne pas faire intervenir de carburant carboné et ainsi d’empêcher la formation de suies. L’utilisation d’hydrogène comme carburant pose cependant de nombreux problèmes, liés à la taille très réduite des molécules d’hydrogène. Les moteurs étudiés présentent ainsi des instabilités actuellement inexpliquées, pouvant provoquer l’arrêt brutal de la combustion, et donc du moteur. La modélisation de ce modèle est également plus complexe et aucun modèle prédictif n’est pour l’instant disponible. La recherche de ce modèle est l’un des axes de recherche suivis par le Pr. Blanquart.

Outre ces aspects scientifiques et technologiques, cette présentation a été l’occasion d’échanges enrichissants sur des thématiques de gestion énergétique (la combustion représente 85% des apports énergétiques actuels, quelles sont les alternatives aux carburants fossiles, quelle est leur viabilité ?), de santé (quelle est l’influence des suies sur les polluants, quelles sont les meilleures stratégies à mettre en place pour la réduire ?) économiques (est-il possible de changer radicalement les systèmes d’approvisionnement et de propulsion ?) montrant ainsi les perspectives parfois insoupçonnées, les applications et la place de la recherche dans la vie quotidienne.

Dernière modification : 26/05/2010

Haut de page